Régime sans gluten : qui doit y penser ?

Qui n’a pas entendu parler du régime sans gluten ? Il existe différentes causes qui amènent les personnes à suivre ce régime. Mais est-il vraiment utile ? Pour certains, la réponse est sans détour oui, par exemple, dans le cas d’une intolérance. Pour les autres, l’intérêt se discute. D’autant plus que c’est un régime très compliqué à suivre et qui peut s’avérer coûteux au quotidien. Si vous souffrez de la maladie cœliaque, alors votre assurance santé peut couvrir une partie des dépenses. Nous vous proposons de découvrir ce régime pour mieux vous y retrouver.

Bien comprendre le régime sans gluten

Le gluten est présent dans un grand nombre d’aliments. En effet, il s’agit d’une protéine présente dans certaines céréales. On citera l’avoine, le seigle, les variétés de blé (blé dur, épeautre, kamut) ou encore l’orge. Si vous devez suivre un régime sans gluten, vous devez donc bannir tous les produits dans lesquels on le trouve. Il vous faut alors lire les étiquettes et apprendre à les décrypter. Par exemple, les appellations suivantes annoncent la présence de gluten :
• amidons ou amidons modifiés,
• protéines végétales et liant protéinique végétal,
• malt,
• matières amylacées,
• agents antiagglomérants.
On peut également en trouver dans certains épaississants des produits allégés.

Régime sans gluten, de véritables raisons

Le régime sans gluten est devenu un phénomène de mode et est suggéré, par exemple, pour retrouver un ventre plat. Mais ce régime très contraignant est à mettre en place avec l’aide de votre médecin pour une raison de santé valable. Parmi elles, la maladie cœliaque qui peut être diagnostiquée avec une prise de sang ou dans certains cas, une biopsie intestinale. Ses symptômes peuvent être divers et variés. On citera parmi les symptômes les plus fréquents, une diarrhée chronique, une perte de poids, des douleurs abdominales, etc.. Elle touche moins de 1 % de la population. Vous pouvez également souffrir de dermatite herpetiforme, il s’agit d’une forme de la maladie de cœliaque touchant la peau. On voit alors apparaître de petites vésicules cutanées accompagnées de démangeaisons importantes. Une autre maladie auto-immune, cette fois s’attaquant au système neurologique est l’ataxie au gluten. Un régime sans gluten sera bénéfique pour une personne souffrant d’une intolérance au gluten, il peut même être pris en charge par votre assurance santé.

Prise en charge du régime par votre assurance santé

Depuis 1996, les assurances santé proposent une prise en charge de ce régime. En effet, les produits sans gluten sont très coûteux. Ils coûtent en moyenne 4 fois plus chers que l’équivalent sans gluten. Ce qui influera considérablement sur le prix de votre caddie. Dans le cas où vous souffrez de la maladie de cœliaque, vous recevrez un remboursement partiel. Il prendra la forme d’un forfait mensuel et il sera calculé en fonction de votre âge. Pour l’obtenir, vous devez fournir un certain nombre de justificatifs. Il vous faudra joindre l’ordonnance de votre médecin à un justificatif de la maladie. De plus, chaque mois, vous devrez télécharger le formulaire Cerfa, le remplir et fournir les justificatifs des aliments. Seuls les aliments garantis sans gluten sont pris en charge, c’est-à-dire, portant la mention de l’épi barré.

Régime sans gluten, dépenser moins

Comme nous l’avons vu, la prise en charge par votre assurance santé est compliquée et ne couvrira pas toutes vos dépenses. Vous pouvez donc réaliser des économies en préparant au maximum vos repas, plutôt que d’opter pour des plats préparés très onéreux. Choisissez des produits tels que les fruits, les légumes, les œufs, etc. Ces produits, en plus d’être bons pour votre corps, allègeront la facture finale. Vous pouvez préparer un planning pour vos repas, car une meilleure organisation vous permettra de cuisiner vos plats ainsi que vos en-cas (comme les biscuits) et pourquoi pas en congeler pour les moments où vous n’avez pas le temps.

Vous aimerez probablement
Le e-carnet de santé : les avantages et les inconvénients
Coronavirus : que prend en charge votre mutuelle ?
Télétransmission Unéo : de quoi s’agit-il ?
Prévoyance : les pour et les contre

Laisser une Réponse